[page precedente]  [retour menu]   [actualiser]   [rechercher]   
prenom du jour: Clotilde

les visiteurs de eurocles.com :


lever du soleil = 05:51
coucher du soleil = 21:46
le temps aujourd'hui
en Europe
(la chaine meteo)

meteo satellite

► arpoma.com : un parcours original dans la culture et la connaissance
une oeuvre par jour
Gustave DORE - le neophyte (gravure)Gustave DORE - le neophyte (gravure)
La première idée du Néophyte, un très jeune moine au milieu de frères âgés, « vieux chênes dépouillés, cœurs froids, volcans éteints », selon le vers de Fertiault, apparaît, dès 1855, dans une lithographie, imprimée par Bertauts, intitulée Frère Angel, et inspirée par le personnage du roman Spiridion de George Sand, réédité par Calmann-Lévy la même année. En 1868, la grande toile représentant vingt-trois moines sur deux rangées de stalles est un des succès du Salon parisien, alors qu’une autre version peinte est exposée à la German Gallery de Londres. La même année, un ami d’enfance de Doré, Vaucorbeil, compose un Néophyte pour piano qui sera accompagné d’un dessin lithographique autographe reprenant le tableau. Plusieurs dessins intermédiaires très aboutis ont permis à Doré de passer du format de la toile à celui de la gravure7. Imprimée par Salmon en 1875, la version gravée du Néophyte marque tout à la fois l’aboutissement de cette déclinaison du sujet dans de multiples supports et l’apogée de l’œuvre d’aquafortiste de Gustave Doré.
Qualifié de « cheval de bataille de Doré » par Beraldi, Le Néophyte était la « pièce de prédilection » de l’artiste à laquelle il a consacré par moins de neuf planches différentes. Huit planches préparatoires, restées inédites, témoignant d’incessantes modifications, ont permis d’aboutir à la version définitive, dont il était suffisamment satisfait pour la livrer au regard des amateurs et du grand public. C’est une exception au sein de son œuvre d’aquafortiste qui, pour la grande majorité, n’a fait l’objet d’aucune publication, les épreuves étant tirées en nombre très limité et les cuivres souvent détruits après le tirage.
En 1877, Doré entendait donner à cette eau-forte une importance équivalente à son œuvre peint qu’il n’a cessé de vouloir défendre aux yeux de la critique et du public. À nouveau exposé à l’Exposition universelle de 1878, Le Néophyte ne passa pas inaperçu et inspira même un sonnet au polygraphe François Fertiault.

l'actualite du jour : (LeMonde.fr)
ce jeudi 04 juin 2020


euro: dollar: (1.2286 $) - Frf: [reset] [plus]