arpoma.com - connaitre pour mieux comprendre - histoire arts culture actualite la culture en quelques clics
page precedente     retour menu     actualiser     rechercher
peinture / litterature / musique 1 - 2 / cinema / photographie / lieux / histoire / documentation /
sites : naturels / archeologiques / religieux / militaires / industriels / monuments / genie-civil / insolite

◀◀       aleatoire     ►► 
page unique / kaleidoscope / liste
Colombey les 2 eglises - la Boisserie, residence du Gal de Gaulle

Colombey les 2 eglises - la Boisserie, residence du Gal de Gaulle

C'est le 9 juin 1934, que de Gaulle, alors commandant, et son épouse Yvonne achetèrent en viager cette gentilhommière de quatorze pièces entourée d'un vaste terrain. Elle s'appelait déjà "la Boisserie", déformation du nom « Brasserie » parce que la brasserie de village y fut fondée en 1843. Le couple désirait que leur benjamine Anne, trisomique gravement handicapée, bénéficie du grand air de la campagne champenoise dans cette maison de vacances et soit protégée de l'indiscrétion du public. Anne de Gaulle aima d'ailleurs particulièrement les séjours à La Boisserie, jusqu'à sa mort en février 1948. De plus, la résidence était proche de l'affectation du colonel de Gaulle au 507e régiment de chars de combat, cantonné à Metz de juillet 1937 à septembre 1939.
Au moment de l'acquisition, La Boisserie n'était pas une habitation luxueuse : elle n'était raccordée ni au réseau d'eau, ni au réseau téléphonique. Au lendemain de la seconde Guerre mondiale, après avoir été pillée et partiellement incendiée en 1944, les principales améliorations furent apportées, comme l'eau chaude et le chauffage central, et de Gaulle fit construire la tour hexagonale en moellons coiffée de vieilles tuiles du pays, au rez-de-chaussée de laquelle il installa son cabinet de travail d'où, d'un regard, il pouvait embrasser le paysage immense et sauvage.
De Gaulle aimait venir se reposer dans ce qu'il considérait comme sa vraie et sa seule demeure. Il s'y réfugiait pour prendre les décisions importantes, dans le calme et la solitude. Même élu président de la République française, au départ il refusa de séjourner à l'Élysée, contrairement au protocole. Il finit par habiter le palais présidentiel, mais continua de passer beaucoup de temps et tous ses week-end en famille à Colombey. En 1969, de Gaulle démissionna et se retira dans sa maison avec son épouse. Il y mourut le 9 novembre 1970.
Yvonne de Gaulle résida à la Boisserie jusqu'en 1978, date à laquelle elle la quitta définitivement pour Paris, où elle entra à la maison de retraite des sœurs de l'Immaculée Conception. Elle mourut un an plus tard à l'hôpital du Val-de-Grâce, à l'âge de 79 ans, le 8 novembre 1979, veille du 9e anniversaire de la mort de son mari.
La maison et son parc, y compris la clôture donnant sur la rue, ont été inscrits aux monuments historiques par un arrêté du 6 septembre 20041.

48.2187,4.8829 europe-o
Colombey les 2 eglises - le memorial du general de Gaulle

Colombey les 2 eglises - le memorial du general de Gaulle

Le Mémorial Charles de Gaulle est un mémorial retraçant, au travers de la personne de Charles de Gaulle, les grands événements historiques du xxe siècle. La Fondation Charles de Gaulle et le Conseil général de la Haute-Marne présidé par Bruno Sido sont à l'origine de sa réalisation avec un investissement total de 22 millions d’euros . Il vient remplacer le Mémorial du Général de Gaulle inauguré le 18 juin 1972, qui abritait jusqu'à peu une petite exposition et commandait l'accès à la croix de Lorraine monumentale.
Lancé officiellement par le président de la République française Jacques Chirac le 9 novembre 2006, le Mémorial Charles de Gaulle et son exposition temporaire De Gaulle-Adenauer : Une réconciliation franco-allemande ont été inaugurés le 11 octobre 2008 par Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel, tout juste cinquante ans après la rencontre historique à la Boisserie entre le Général de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer.

48.2242,4.8791 europe-o
Corse - le cirque de la solitude difficulté majeure du GR20

Corse - le cirque de la solitude difficulté majeure du GR20

Le cirque de la Solitude (Cascettoni) est un cirque naturel situé dans le massif montagneux de la Corse sur la commune de Manso en Haute-Corse.
Le GR20 traverse le cirque par une descente et une montée d'environ 300 mètres par 2 accès :
le Bocca Minuta (2 218 m) ;
le Bocca Tunasginesca ou col Perdu (2 183 m).
D'une altitude de 1 906 mètres au niveau du passage du GR20, le cirque est bordé par les falaises de :
la Punta Minuta (2 556 m) ;
la Punta Rossa (Pic Von Cube 2 247 m)
le Capu di a Crucetta (2 186 m).
Il est nommé ainsi car une fois en bas, il n'y a aucun autre moyen de sortir que de remonter.

42.37399720857743, 8.9072227180004 europe-o
fort de Bregançon - residence d'été des présidents de la republique francaise

fort de Bregançon - residence d'été des présidents de la republique francaise


43.0929183206148, 6.322078271224871 europe-o
Eden Roc - l'hotel des stars au Cap d'Antibes

Eden Roc - l'hotel des stars au Cap d'Antibes

L’hôtel Eden-Roc est situé à l’extrême pointe du Cap d’Antibes, à mi-chemin entre Cannes et Nice.
Cet hôtel mythique de la Côte d’azur est niché dans un parc de 9 hectares au bord de la mer Méditerranée. Il offre une magnifique vue sur les Îles de lérins et un cadre à couper le souffle.

Ce bâtiment, dans le plus pur style Napoléon-III, a d’abord été baptisé "Villa Soleil", avant de devenir le mythique Grand Hôtel du Cap en 1889.
Il a accueilli nombre de têtes couronnées avant d’attirer les stars du monde entier.

Un hôtel de prestige

L'hôtel se compose de trois bâtiments : l'aile principale, la résidence Les Deux Fontaines et l'aile d'Eden Roc regroupant les suites, dont chacune possède sa terrasse privée.

L'hôtel Eden-Roc doit son prestige non seulement à son cadre exceptionnel mais aussi à un ensemble de services haut de gamme.
L’établissement, qui donne le bord de mer, dispose d’un pilier privé d'amarrage pour les visiteurs arrivant par bateau.
Il possède aussi une spectaculaire piscine d’eau de mer chauffée à débordement.

Le service en chambre est assuré 24 heures sur 24. L’hôtel propose des coffres individuels à la réception, un service de baby sitting, un service de repassage et de nettoyage complet, un parking souterrain avec service, mais aussi un salon de coiffure et un centre de “bien-être” (avec fitness, massages, soins du corps et du visage, Hammam et sauna etc...).

Les équipements de loisir comprennent un terrain de pétanque et 5 terrains de Tennis en terre battue.

Le palace des stars

Nombre de célébrités ont autrefois séjourné à l’hôtel Eden-Roc : Douglas Fairbank, Ernest Hemingway, Marlene Dietrich, Rita Hayworth, Picasso ou encore la famille Kennedy.

Aujourd’hui, cet établissement mythique accueille des stars comme Madonna, Sharon Stone, Patricia Arquette ou Robert de Niro.
Les plus grands acteurs, de Johnny Depp à Catherine Deneuve ont à cœur de retrouver cet éden paisible après le Festival de Cannes et ses folles soirées.

43.5446,7.1199 europe-o
Glanum - site archeologique gaulois

Glanum - site archeologique gaulois

Glanum était une cité antique de l'empire romain située près du village de Saint-Rémy-de-Provence dans les Bouches-du-Rhône. Elle a connu son apogée à l'époque du premier empereur romain Auguste. Son développement s'est appuyé sur la protection des reliefs des Alpilles, la présence d'une source (sacrée) et le voisinage de la Voie Domitienne.

La ville repose sur plusieurs strates d'occupation : période gauloise, puis période hellénistique, et enfin période romaine.

La ville remonte au Premier Âge du Fer, avec un aménagement de pente au-dessus d'une source que l'on suppose avoir été très tôt un lieu de culte (associé au dieu Glan ou Glanis). De plus, les falaises et les collines proches formaient des remparts naturels, ce qui était à l'époque un atout défensif. La ville se développe considérablement au cours du IIe siècle av. J-C. Le sanctuaire est protégé par une enceinte mais la ville s'étend plus largement en direction des Antiques. Le peuple des Glaniques appartenait à la confédération des Salyens.

Dans les derniers temps de l'indépendance, de véritables constructions de type grecs, directement inspirés de Marseille, sont édifiées : maisons à péristyle, temple, puits à dromos, ... L'imitation est telle que l'on trouve également un bouleutérion et un prytanée. L'ensemble, encore de nos jours bien préservé, à pu faire croire à une occupation de la ville par les Marseillais. Il semble au contraire que la confédération des Salyens ait connu là ses derniers feux, peut-être entre la prise d'Entremont en 125/124 et le triomphe de Caecilius sur les Salyens daté de 90 av. J.-C.
Stèles du site de Glanum (autels votifs dédiés à Hercule).

Les Romains, après avoir vaincu les Gaulois, se sont installés dans la ville qui devint Glanum (en latin). Ils y créèrent un réseau important d'adduction en eau avec des canalisations en plomb ainsi qu'un vaste réseau d'assainissement par des égouts, des temples en l'honneur de l'empereur et de la famille impériale, des thermes, une basilique, une curie, un forum, et ont continué de vénérer la source où les vétérans des légions venaient se faire soigner de leurs blessures. En effet, les médecins romains déclarèrent que l'eau était "magique" et qu'elle soignait le corps. Agrippa lui-même vint y faire soigner sa jambe, et en remerciement fit construire un temple.

La ville connut une période de prospérité, jusqu'au jour où les "barbares" ont saccagé la ville ; elle fut alors abandonnée, et ses pierres furent utilisées pour construire la ville voisine de St Rémy de Provence. Glanum fut redécouverte par les archéologues au XXe siècle, et fut restaurée pour permettre de la faire visiter au public.

43.7739,4.8330 europe-o
Guedelon - reconstitution d'un chateau fort medieval

Guedelon - reconstitution d'un chateau fort medieval

Au coeur de la Puisaye, dans l'Yonne en Bourgogne, une cinquantaine d'ouvriers relevent un defi hors norme : construire aujourd'hui un chateau fort selon les techniques et avec les materiaux utilises au Moyen age.

Au milieu d'un espace naturel mettant a disposition toutes les matieres premieres necessaires a la construction : pierre, bois, terre, sable, argile...des carriers, tailleurs de pierre, macons, bucherons, charpentiers, forgeron, tuiliers, charretiers, vannier, cordier... batissent jour apres jour un veritable chateau fort sous les yeux de milliers de visiteurs.

Ce chantier, debute en 1997, devrait durer environ 25 ans.

47.58364698532078, 3.1555091927292667 europe-o
Chateau de la Brede - chateau de Montesquieu

Chateau de la Brede - chateau de Montesquieu

Le château de La Brède est situé dans la commune de La Brède, dans le département français de la Gironde. L'écrivain et penseur Montesquieu naquit en ces lieux en 1689 et y rédigea la majeure partie de son œuvre.
, 17
44.679380,-0.543843 europe-o
domaine du Rayol - le jardin de la mediterrannee, des mediterrannées

domaine du Rayol - le jardin de la mediterrannee, des mediterrannées

On y admire les cactus du Mexique, les bambous de Chine, les fougères arborescentes de Nouvelle-Zélande
Le Domaine du Rayol, "Le Jardin des Méditerranées".
Propriété d'Alfred Théodore Courmes, puis à partir de 1940 du constructeur aéronautique Henry Potez, le Domaine du Rayol a été acquis en 1989 par le Conservatoire du Littoral.
Aussitôt, la réhabilitation et la restructuration des jardins exotiques du domaine s'engagent.
Le paysagiste Gilles Clément propose d'évoquer sur le site les flores et les paysages méditerranéens du monde : bassin méditerranéen, Canaries, sud-est californien, Chili central, région du Cap en Afrique du Sud et Australie méridionale.
Ainsi, de l'ancien jardin du domaine ont émergé plusieurs jardins qui traduisent les ambiances végétales des contrées méditerranéennes du monde.
On y admire aujourd'hui les cactus du Mexique, les bambous de Chine, les fougères arborescentes de Nouvelle-Zélande : rêve et dépaysement vous attendent à chaque détour de sentier...
Le Domaine du Rayol a été labellisé "Jardin Remarquable" par le Ministère de la Culture (2005).
Date de création : 1989, Superficie : 20 ha

43.1528,6.4846 europe-o
Magnac Lavalette - Château de la Mercerie chateau reconstitue

Magnac Lavalette - Château de la Mercerie chateau reconstitue

Un château du xixe siècle, propriété de deux frères, Alphonse et Raymond Réthoré, qui durant plus de 30 ans fit l'objet de travaux d'agrandissement, jamais terminés. Grâce à la générosité de leur oncle les deux frères avaient acheté le domaine de 600 ha en 1924 à la famille Mesnaud de Saint-Paul, qui avait hérité du lieu par le mariage en 1799 de Paul Mesnaud de Saint-Paul, (né à Laplaud le 20 octobre 1766 ; mort à Voulgézac le 12 février 1838), avec Marie-Julie Rousseau de Magnac de la Mercerie. Ils entreprirent l'agrandissement de la demeure en 1939, mais la guerre suspendit les travaux qui reprirent en 1947 et s'arrêtèrent faute d'argent en 1970. Une façade de 220 mètres de large, d'une profondeur de 20 mètres et de 15 mètres de haut fut accolée au petit manoir primitif. Des centaines de mètres cube de terre furent déplacées afin de modeler un paysage, au départ banal. Après le décès des deux frères, dont ni le département ni la ville d'Angoulême n'avait accepté le legs de leurs biens, ce pastiche du château de Versailles flanqué d'un arboretum et situé sur un site laissant découvrir un vaste panorama, risquait fort par manque d'entretien de se dégrader rapidement.
Après l'acquisition du domaine par un antiquaire parisien, un projet fut élaboré en 2002 , par Isabel Guérin, dont l'objet était de redonner vie au site en lui donnant la possibilité d'accueillir des collections d'art contemporain.
Le château est inscrit monument historique depuis le 14 octobre 198815.
45.50182067749378, 0.24141610421190673 europe-o