[page precedente]  [retour menu]   [actualiser]   [rechercher]   
.. / .. / - art byzantin /
(liste) (compact) (mosaique)
( diaporama auto / manuel ) (parcours aleatoire)

Istanbul - basilique Sainte-Sophie - mosaiques - Deesis mosaic (1280)

La mosaïque de la Déisis date probablement de 1261. C'est le troisième panneau de la loge impériale de la galerie supérieure. Cette mosaïque est considérée comme un chef d'œuvre pour la douceur des traits et de l'expression des visages, et aussi comme le début de la renaissance de l'art pictural byzantin. Le style est celui des peintres italiens des fin XIIIe-XIVe siècles, comme Duccio. La Vierge Marie et Jean-Baptiste, tous deux de trois-quarts, implorent l'intercession du Christ Pantocrator pour les péchés de l'humanité lors du Jugement dernier. La partie inférieure de la mosaïque est très détériorée, probablement à cause de la pluie venant de la fenêtre voisine.
La déisis est un thème chrétien fréquemment représenté dans l'art.
La Vierge et saint Jean-Baptiste sont représentés de part et d'autre du Christ et prient pour le salut des chrétiens. Cette iconographie est particulièrement présente dans l'art byzantin. Il en est une magnifique représentation à la basilique Sainte-Sophie (Constantinople), chef d'œuvre des mosaïques byzantines.
Hagiasophia Christ (Deesis mosaic). 1280. Mosaic. Hagia Sophia, Istanbul.jpg



Ohrid Annunciation (1320)

L'archange Gabriel s'avance avec dynamisme. Sous sa tunique légère qui, flottant dans l'air, rappelle sa nature céleste et incorporelle, il porte un vêtement vert, couleur de vie et de fécondité.
La scène est représentée à l'extérieur des architectures compliquées qui lui sert de cadre. La perspective est inversée et s'ouvre sur le spectateur qui devient en quelque sorte un protagoniste de l'événement. Un voile rouge, qui servait à tamiser la lumière, signifie en fait que l'événement à lieu à l'intérieur. Mais les constructions, en iconographie, ne doivent pas enfermer la scène. Le sens des événements que montrent les icônes ne se limite pas à leur lieu historique, ni au temps qui les a vu naître. Il embrasse tout lieu et tout temps. L'événement est toujours actuel.
La main droite de l'archange est levée en un geste de bénédiction et dirige notre regard vers la main de la Vierge qui esquisse un geste d'étonnement.
Du haut du ciel, symbolisé par un demi-cercle bleuté, jaillit l'Esprit Saint sous la forme d'une colombe. Alors, la main de Marie, qui devant l'ange marquait son étonnement ; devient tout accueil pour l'Esprit Saint qui vient vers elle.

Tempera sur bois, 94,5 x 80, 3 cm, légende en grec, début du XIV°, Ohrid. Galerie des icônes de l'église Saint-Clément.
Les deux faces datent de la même époque mais le revers n'a pas été revêtu d'argent.
Avec ses personnages en mouvement, l'effet pathétique de l'architecture, les couleurs sombres du premier plan et la luminosité du fond, la douceur de dégradé des nuances, cette œuvre compte parmi les fleurs de l'art du temps des empereurs paléologues.

Après la ruine de l'empire byzantin (1204), Ohrid est une ville du Royaume de Thessalonique, un des États latins d'Orient mis en place par les Croisés. Elle devient une ville serbe en 1346. Elle fut sous domination turque du XIV° siècle jusqu'à la première guerre mondiale.



Ohrid Annunciation. 1300-1325. Church of St Climent, Ohrid, Macedonia.jpg



grand archange michel 1350 musee byzantin athenes.jpg



Ravenne - mausolée de Galla Placidia - mosaiques (detail) ()

Ce qui fait la célébrité du mausolée ce sont les mosaïques, elles sont les plus ancienne de Ravenne, elles datent du milieu du Vème siècle, elles sont très fines et élégantes, elles se caractérisent par l'étendue de leurs coloris, notamment les bleus profonds, par la décoration géométrique, animale et végétale (une des plus belles réalisations de l'art chrétien).
ravenne-colombadxrid.jpg



Ravenne - Basilique Sainte Apollinaire - mosaisques - les vierges ()

Les deux longues processions des saints martyrs et vierges qui se font face, réalisées lors la domination byzantine (alors que Ravenne était un exarchat dépendant de Constantinople), mettent en évidence les traits du style byzantin de l'Empire d'Orient : répétition des gestes et des attitudes, préciosité de l'habillement, absence de volumes et aplatissement des figures en deux dimensions, et aussi vue de front, fixité du regard, fonds monochromes éblouissants d'or, utilisation de motifs végétaux purement décoratifs et absence de plans de soutien des personnages, qui apparaissent comme flottant dans l'espace.

Comme toutes les églises de Ravenne de la période impériale (jusqu'en 476), la basilique Sant'Apollinare Nuovo est ornée de merveilleuses mosaïques polychromes. Ces mosaïques n'appartiennent pas toutes à la même époque : les unes remontent à Théodoric, et d'autres à la redécoration voulue par l'évêque Agnello, lors de la conversion de l'édifice au culte catholique.
Les murs de la nef centrale présentent trois zones bien distinctes de décoration en mosaïques.
ravenne-ste apollinaire-Vierges.jpg



vierge protectrice 1350 musee byzantin athenes.jpg