[page precedente]  [retour menu]   [actualiser]   [rechercher]   
.. / .. / - art medieval /
(liste) (compact) (mosaique)
( diaporama auto / manuel ) (parcours aleatoire)

Jean Fouquet - Heures d Etienne Chevalier, n 204 - L Annonciation (1450)

« Les Heures d’Étienne Chevalier, peintes par Jean Fouquet, forment l’apogée de son art d’enlumineur et une des merveilles de l’art occidental. Jean Fouquet, l’artiste, natif de Tours (v. 1415/1420-vers 1480), a réalisé des portraits, des retables, des miniatures et bien d’autres œuvres. Étienne Chevalier, le destinataire du manuscrit, né à Melun (v. 1410-1474), appartient aux cercles influents du pouvoir sous Charles VII et Louis XI. La réalisation du manuscrit est située traditionnellement dans les années 1450-1461, temps fort pour le royaume de France. Conservé dans la famille d’Étienne Chevalier, le manuscrit fut démembré au XVIIIe siècle puis dispersé. Quarante feuillets furent acquis par le duc d’Aumale en 1891. Il fit aménager dans son château de Chantilly un cabinet spécial, le Santuario, pour les présenter encadrés et réunis par groupe de quatre. N° 204 : Heures du Saint-Esprit - Matines. L’Annonciation : elle se déroule dans la Sainte-Chapelle de Bourges, fidèlement représentée. L’ange Gabriel est agenouillé face à la Vierge Marie assise entre deux livres, l’un ouvert, l’autre fermé, symbolisant respectivement Ancien et Nouveau Testament. »
Heures d Etienne Chevalier, n 204 - L Annonciation Circa 1450Details Jean Fouquet.jpg



anonyme - buste de la vierge couronnee (1395)

Elegiac, dignified, and poised, the Virgin tilts her youthful head as if burdened by the weight of the ornate crown, and her downcast eyes and pursed lips convey her sorrowful resignation. This bust, the upper portion of a standing or enthroned figure that would have included the Christ Child, is a textbook example of the so- called Beautiful Style, which originated in Prague at the end of the fourteenth century. A technical tour de force, it is the only known terracotta sculpture from medieval Bohemia. Artists working in clay normally cut larger figures horizontally with a wire to ensure that they dried evenly. Once fired, the sections were reassembled with mortar, which would be disguised under the polychromy. Thanks to the hardness of terracotta, the sculptural form of this bust is virtually intact except for minor losses, and the details remain as crisp as they were when it left the potter's kiln. The complete original figure, more than a meter high, was probably installed above an altar in a church. Traces of several campaigns of paint attest to its long history as an object of veneration.
The Cloisters Museum and Gardens Bust Of The Virgin (1390 - 1395)Details Unknown.jpg



freres Limbourg - Les Belles Heures de Jean de France, Duc de Berry (1408)

Completed by 1408 or 1409, probably in Paris, "The Belles Heures," a private devotional book, was the first of several sumptuous manuscripts commissioned by the duke of Berry from the Limbourg brothers, Pol, Jean, and Herman. It is perhaps the only virtually complete and stylistically consistent prayer book to survive from the duke's extraordinary library. The richly illustrated text is amplified by unusual cycles reflecting the duke's personal interests. Using a luminous palette, the artists blended an intimate Northern vision of nature with Italianate modes of figural articulation. The keen interest in the natural world and the naturalistic means of representing it, so striking in ninety-four full-page and fifty-four column illuminations, foreshadow the work of Jan van Eyck and the ensuing generations of outstanding fifteenth-century painters in the South Netherlands.
The Cloisters Museum and Gardens The Belles Heures Of Jean De France,(1405 - 1409)Details Herman, Paul, and Jean de Limbourg ().jpg



()

The Cloisters Museum and Gardens The Unicorn In Captivity (From The Unicorn Tapestries) (1495 - 1505)Details Unknown (detail).jpg



anonyme - The Unicorn in Captivity (from the Unicorn Tapestries) (1500)

The seven individual hangings known as "The Unicorn Tapestries," are among the most beautiful and complex works of art from the late Middle Ages that survive. Luxuriously woven in fine wool and silk with silver and gilded threads, the tapestries vividly depict scenes associated with a hunt for the elusive, magical unicorn. "The Unicorn in Captivity" may have been created as a single image rather than part of a series. In this instance, the unicorn probably represents the beloved tamed. He is tethered to a tree and constrained by a fence, but the chain is not secure and the fence is low enough to leap over: The unicorn could escape if he wished. Clearly, however, his confinement is a happy one, to which the ripe, seed-laden pomegranates in the tree—a medieval symbol of fertility and marriage—testify. The red stains on his flank do not appear to be blood, as there are no visible wounds like those in the hunting series; rather, they represent juice dripping from bursting pomegranates above. Many of the other plants represented here, such as wild orchid, bistort, and thistle, echo this theme of marriage and procreation: they were acclaimed in the Middle Ages as fertility aids for both men and women. Even the little frog, nestled among the violets at the lower right, was cited by medieval writers for its noisy mating.
The Cloisters Museum and Gardens The Unicorn In Captivity (From The Unicorn Tapestries) (1495 - 1505)Details Unknown.jpg



Frères Limbourg - Très Riches Heures du duc de Berry : chute des anges rebelles (detail 2) ()

Tres Riches Heures du duc de Berry - (1412 - 1489)Details Freres Limbourg (detail).jpg



Frères Limbourg - Très Riches Heures du duc de Berry : chute des anges rebelles (detail 1) (1420)

Tres Riches Heures du duc de Berry - (1412 - 1489)Details Freres Limbourg (detail2).jpg



Frères Limbourg - Très Riches Heures du duc de Berry : mois de mai (1420)

Le manuscrit connu sous le nom des Très Riches Heures du duc de Berry est certainement l'un des plus célèbres manuscrits enluminés au monde. Il constitue « le trésor » le plus connu et le plus admiré parmi les collections du Château de Chantilly. Aboutissement d’un travail échelonné sur plus de 80 ans de 1412 à 1489 ce manuscrit est une œuvre chorale. Sur ce temps long trois artistes, ou groupes d’artistes se sont succédés. Les frères Limbourg, Paul, Jean, Herman, commandités par le duc de Berry alors au sommet de leur art produisent les premières enluminures. D’autres artistes poursuivent l’œuvre qui échappe de la sorte à l’échelle humaine : Barthélemy d’Eyck vers 1440, Jean Colombe de 1485 à 1489. Le duc d’Aumale lorsqu’il en prend possession un soir d’hiver de 1856, connaît peu de chose quant à sa provenance, son importance. Seul son goût très sûr, – c’est le plus grand bibliophile de son temps – ainsi que certains conseils l’ont aiguillé vers cette acquisition. Il ne sera formellement identifié que trente ans plus tard. Repéré dans l’inventaire après décès du duc de Berry en 1416 comme non relié, il se présente en volume lors de l’achat d’Aumale. Etudié par les savants les plus éminents, nombre d’interrogations demeurent encore quant à sa réalisation, sa cohérence, son histoire. Seule sa beauté irradiante émerge au dessus d’un mystère encore imparfaitement dissipé. Manuscrit du XVe siècle, sur parchemin. Composé de 206 feuillets, à deux colonnes. 66 grandes et 65 petites enluminures. Reliure en maroquin rouge, aux armes des familles Spinola et Serra. Le manuscrit est conservé dans une boîte recouverte d’une plaque très richement décorée en argent ciselée exécutée par Antoine Vechte (1799-1868). Cette enluminure entre dans la composition de la première partie du manuscrit, la plus célèbre, le calendrier illustrant les douze mois de l’année. Mois de Mai. Folio 5 verso : le mois de mai figure les signes astrologiques du taureau et des gémeaux, accompagnant le char solaire. Le thème retenu pour ce mois est la cavalcade traditionnelle du premier mai, où sont représentés des cavaliers richement habillés, des jeunes femmes vêtues de vert précédés par des sonneurs de trompes. Derrière la forêt se profilent les toits d’une cité tantôt identifiée comme Riom en Auvergne, ou Paris mais plus sûrement imaginaire.
Tres Riches Heures du duc de Berry - (1412 - 1489)Details Freres Limbourg (les mois).jpg



()

Tres Riches Heures du duc de Berry - (1412 - 1489)Details Freres Limbourg les mois 2.jpg



Frères Limbourg - Très Riches Heures du duc de Berry : chute des anges rebelles (1420)

Le manuscrit connu sous le nom des Très Riches Heures du duc de Berry est certainement l'un des plus célèbres manuscrits enluminés au monde. Il constitue « le trésor » le plus connu et le plus admiré parmi les collections du Château de Chantilly. Aboutissement d’un travail échelonné sur plus de 80 ans de 1412 à 1489, ce manuscrit est une œuvre chorale. Sur ce temps long trois artistes, ou groupes d’artistes se sont succédés. Les frères Limbourg, Paul, Jean, Herman, commandités par le duc de Berry alors au sommet de leur art produisent les premières enluminures. D’autres artistes poursuivent l’œuvre qui échappe de la sorte à l’échelle humaine : Barthélemy d’Eyck vers 1440, Jean Colombe de 1485 à 1489. Le duc d’Aumale lorsqu’il en prend possession un soir d’hiver de 1856, connaît peu de chose quant à sa provenance, son importance. Seul son goût très sûr, – c’est le plus grand bibliophile de son temps – ainsi que certains conseils l’ont aiguillé vers cette acquisition. Il ne sera formellement identifié que trente ans après son acquisition. Repéré dans l’inventaire après décès du duc de Berry en 1416 comme non relié, il se présente en volume lors de l’achat d’Aumale. Etudié par les savants les plus éminents, nombre d’interrogations demeurent encore quant à sa réalisation, sa cohérence, son histoire. Seule sa beauté irradiante émerge au dessus d’un mystère encore imparfaitement dissipé. Manuscrit du XVe siècle, sur parchemin. Composé de 206 feuillets, à deux colonnes. 66 grandes et 65 petites enluminures. Reliure en maroquin rouge, aux armes des familles Spinola et Serra. Le manuscrit est conservé dans une boîte recouverte d’une plaque très richement décorée en argent ciselée exécutée par Antoine Vechte (1799-1868). La chute des anges rebelles. Folio 64 verso : le calendrier est la partie la plus célèbre du manuscrit qui recèle nombre d’enluminures moins connues. Ces différents volets tout aussi exceptionnels sont : les Evangiles – les Psaumes – les Litanies – les Heures – les Offices– les Messes et les Fêtes. Il est aussi des feuillets isolés comme cette « chute des anges rebelles » qu’il est impossible de rattacher clairement aux différentes parties du livre d’heures. Le sujet est rarement traité et sa présence, aux dires de certains, doit répondre à un vœu du destinataire du manuscrit le duc de Berry ou de son entourage.
Tres Riches Heures du duc de Berry - (1412 - 1489)Details Freres Limbourg.jpg



()

maitre des triomphes de petrarque 1503 bnf manuscrits.jpg



michel colombe - vierge a l enfant 1500.jpg



Ste Anne avec la Vierge (Cathedrale St Michel, Carcassonne) ()

ste anne et la vierge carcassonne.jpg