[page precedente]  [retour menu]   [actualiser]   [rechercher]   
    liste chronologique / liste alphabetique
  • Nina (le 14 / 1)
  • En Géorgie, où ce prénom est si populaire, Nina est un diminutif affectueux de Christiana (Christiane), rendu célèbre par la sainte à laquelle on l'avait attribué. Mais nina est aussi un substantif espagnol signifiant " la petite fille " et cette origine peut également avoir joué un rôle dans la diffusion de ce prénom.
    Lors de sa découverte de l'Amérique, Christophe Colomb avait baptisé Nina l'une de ses trois caravelles. Nina ne s'est répandu en France qu'au début du XXe siècle, et connaît aujourd'hui un certain succès, qu'on ne retrouve pas ailleurs, hormis dans son pays d'origine (la Géorgie) et chez les hispanophones. Sainte Nina était, au IIIe siècle, une jeune pénitente chrétienne qui menait une vie retirée près de la capitale de la Géorgie. On ne connaissait pas son nom, et elle avait été surnommée Christiana, c'est- à-dire la chrétienne, puis Nina. Apprenant qu'elle avait guéri un enfant, la reine de Géorgie, qui se mourait d'une maladie inconnue, se fit transporter chez elle et recouvra la santé. Pour seule récompense, Nina demanda que la reine se convertisse. Ce qu'elle fit, imitée un peu plus tard par le roi. Quelques années après, la Géorgie était devenue un pays chrétien, dont Nina est considérée comme la fondatrice.

    Nina est un personnage assez contradictoire, puisque marquée par deux chiffres opposés, le 1 et le 2, c'est-à-dire un côté indépendant et autoritaire, actif, et un autre dépendant, conciliant et passif... Ces influences contraires lui donnent un caractère cyclothymique, et elle apparaîtra plutôt insaisissable. Ces tendances antagonistes peuvent cependant s'harmoniser et l'on pourra dire alors qu'elle a « une main de fer dans un gant de velours ». à l'écoute des autres, elle est aussi considérablement intéressée par elle-même. Elle oscille entre don de soi et égocentrisme. Sa sensibilité, bien que très forte, peut ne pas toujours être évidente. En effet, elle tend à refouler ses émotions au point d'être accusée de froideur, de distance, voire d'insensibilité, d'autant qu'elle n'aime pas montrer sa fragilité et sa vulnérabilité. Attention, ne vous méprenez pas : orgueil, fierté, dignité et attitude forte sont en réalité une façade... C'est une hyperémotive qui, enfant, oscillera entre un besoin d'autonomie et de liberté (accentué si elle est née un 1, 10, 19, 28, ou si elle possède un chemin de vie 1) et une dépendance extrême à sa famille et à son foyer (si elle est née un 2, 11, 20, 29, ou si elle possède un chemin de vie 2), au point qu'elle pourrait avoir des difficultés à couper le cordon ombilical si on la freine dans son émancipation. Une éducation idéale devra être souple, lui apporter tendresse, sécurité affective, et développer son sens des responsabilités, notamment sur le plan familial où elle pourrait se révéler une seconde mère pour ses frères et s œurs. Si elle est désireuse de faire plaisir, elle adore aussi les compliments qu'il faudra doser scrupuleusement.
   avec le site famili.fr: http://www.tous-les-prenoms.com